Psychiatrie & justice :
"Je t'aime, moi non plus..."

Actes audio
de la journée d'études organisée
par le Collège des psychologues
du CH de RAVENEL

journee etudes college psychologues ch ravenel psychiatrie justice je t'aime moi non plus

Psychiatrie & Justice, je t'aime, moi non plus, journée d'études organisée par le Collège des psychologues du CH Ravenel (Vosges, 88) a réuni près de 280 participants le 16 mai 2011.

Sous la Présidence du Docteur Sophie BARON-LAFORET, une vignette clinique «adulte» le matin (sur le thème de l'obligation de soins, l'injonction de soins et la relation thérapeutique) et une vignette clinique «enfant» l'après-midi (sur le thème du secret professionnel, du secret partagé et du signalement) ont servi de base aux interventions de professionnels de divers horizons : psychanalyste, psychiatre, philosophe, assistant social SPIP, éducateur PJJ, psychologue, avocat et juriste.

Synopsis de la journée d'études
Psychiatrie & Justice, je t'aime, moi non plus

Aujourd'hui se dessine une nouvelle place de la psychiatrie dans son articulation avec la justice.

Le contexte actuel enrichi de faits divers, des nouveaux textes, induit un questionnement sur l'orientation des pratiques cliniques, en relation avec les différents partenaires.

Réel/réalité, culpabilité/faute, protection/privation de liberté, demande/obligation, autant de thèmes que ne manqueront pas de parcourir les différents intervenants.

Ils partageront leurs réflexions sur cette rencontre possible ou impossible mais aujourd'hui incontournable entre justice et psychiatrie et sur ses implications dans le cadre psychothérapique et dans le cadre juridique.

Les professionnels concernés, invités à une journée de réflexion sur le thème : Psychiatrie et Justice, "Je t'aime moi non plus", vont débattre, au delà des clivages, du sens de cette frontière de plus en plus étroite ou de ce lien de plus en plus attendu (mais loin d'être entendu) entre psychiatrie et justice.

▲ Haut de page

Actes audio de la journée d'études
Psychiatrie & Justice, je t'aime, moi non plus

  • 8h00 - 8h30 : Accueil des congressistes
  • 8h30 : Allocutions d'ouverture :
    • Mme E. MOLINS Directeur du CH Ravenel
    • Mme le Dr M. MORDASINI Présidente de la Commission Médicale d'Etablissement du CH Ravenel
    • M. R. BOUCHER Coordinateur actuel du Collège des Psychologues

Thème de la matinée :
Obligation de soins, injonction de soins et relation thérapeutique

  • 9h00 : Ouverture des débats :
    • Mme le Dr S. BARON LAFORET Psychiatre, Directrice du CeRIAVSIF, Paris

journee etudes college psychologues ch ravenel psychiatrie justice je t'aime moi non plus
Les intervenants de la matinée

  • 9h15 : Vignette clinique adulte (lectrice : S. BEAUDINET)
  • 9h30 : Regards croisés
    modérateur : C. BOUTHORS, Psychologue
    • Mme S. ALEXANDRE Juriste, Nancy
    • Mme le Dr F. BIAGI-CHAI Psychiatre, Psychanalyste, Paris
    • M. P. HAUSER Philosophe, Nancy
    • M. M. MARCHAL Assistant Social, SPIP, Epinal
    • M. le Dr A. SCHANG Psychiatre, Remiremont (médecin coordonnateur)
    • Mme V. STUMPEL Psychologue, Docteur en Psychologie, Nancy
  • 11h00 - 11h15 : PAUSE
  • 11h15 : Intervention de Mme le Dr S. BARON LAFORET
  • 11h30 : DEBAT - Table Ronde entre les intervenants avec la participation de la salle
  • 12h30 : PAUSE DEJEUNER

Thème de l'après-midi :
Secret professionnel, Secret partagé et Signalement

journee etudes college psychologues ch ravenel psychiatrie justice je t'aime moi non plus
Les intervenants de l'après-midi

  • 14h15 : Vignette clinique enfant (lectrice : S. MOINE)
  • 14h30 : Regards croisés
    modérateur : A. EL FATH, Psychologue
    • Mme le Dr F. BIAGI-CHAI Psychiatre, Psychanalyste, Paris
    • Mme C. DESCHAMPS Avocate, Epinal
    • M. S. GERMAIN Psychologue, Nancy
    • Mme L. MULOT Pédopsychiatre, Epinal
    • M. L. PAPAZZONI Educateur PJJ, Nancy
    • M. T. RECEVEUR Philosophe, Epinal
  • 16h00 : DEBAT - Table Ronde entre les intervenants avec la participation de la salle
  • 17h00 : Conclusion de Mme le Dr S. BARON LAFORET

▲ Haut de page

_______

Actualités

Circulaires, décrets, lois, rapports...

_______

31 mars 2017
Temps de travail

Circulaire du 31 mars 2017 relative à l'application des règles en matière de temps de travail dans les trois versants de la fonction publique.

▲ Haut de page

29 mars 2017
Soins sans consentement

Instruction n°DGOS/R4/DGS/SP4/2017/109 relative à la politique de réduction des pratiques d'isolement et de contention au sein des établissements de santé autorisés en psychiatrie et désignés par le directeur général de l'agence régionale de santé pour assurer des soins psychiatriques sans consentement.

▲ Haut de page

23 mars 2017
Déradicalisation

Instruction n°5923/SG du 23 mars 2017 relative à la prise en charge des mineurs à leur retour de zone irako-syrienne.

▲ Haut de page

10 février 2017
Prescription d'actes de bilan et suivi psychologique

Lisez l'arrêté du 10 février 2017 fixant le cahier des charges relatif aux expérimentations prévues par l'article 68 de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2016 destinées à prévenir l'obésité chez l'enfant de trois à huit ans.
Je cite : "Si le médecin prescrit des consultations de suivi psychologique, un bilan psychologique préalable doit également être prescrit [...]".
L'arrêté me laisse songeur à plus d'un titre : dois-je considérer qu'on travaille mieux avec un enfant de 3 à 8 huit ans le soir, le samedi matin et le mercredi après-midi ? Et pour commencer, est-ce que les psychologues travaillent mieux dans ces créneaux ? Et quand est-ce que lesdits enfants, à qui l'ont recommande de faire des activités sportives dans le même arrêté, vont-ils pouvoir les pratiquer ? et leurs devoirs scolaires dans tout ça ? Voila un programme bien stressant qui pourrait être vu comme facteur de risque pour développer je ne sais quel symptôme ... et pourquoi pas de l'obésité ?
Sans être directement concerné par l'objet de cet arrêté, je me sens tout au moins questionné.
La question d'annuler cet arrêté a été posée au SNP et à la FFPP : affaire à suivre !

▲ Haut de page

26 janvier 2017
Des recommandations et avis médico-économiques à la HAS

Entre autres mesures, l'ordonnance n°2017-84 du 26 janvier 2017 relative à la Haute Autorité de santé crée une nouvelle commission à la HAS, chargée "d'établir et de diffuser des recommandations et avis médico-économiques sur les stratégies de soins, de prescription ou de prise en charge les plus efficientes, ainsi que d'évaluer l'impact sur les dépenses d'assurance maladie".
Quelle traduction de cela en psychiatrie ?

▲ Haut de page

08 décembre 2016
Interdire la psychanalyse dans la prise en charge de l'autisme
-
Rendre pénalement responsable un professionnel qui ne suivrait pas les recommandations de la HAS

La résolution du député Daniel FASQUELLE qui voulait empêcher strictement l'utilisation des approches psychanalytiques dans l'autisme et rendre pénalement responsables les professionnels ne suivant pas les recommandations de la HAS à ce sujet, a été rejetée lors des débats parlementaires du 8 décembre 2016 (lien vidéo).

▲ Haut de page

05 décembre 2016
Expérimentation remboursement consultations psychologues en libéral

L'article 68 (ex article 40) du projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2017 (loi du 23 décembre 2016 de financement de la sécurité sociale pour 2017), après plusieurs lectures et un rejet par le Sénat le 1er décembre, a été adopté par l'Assemblée Nationale le 5 décembre 2016.
Les médecins généraliste, scolaire et pédiatre ou le psychologue scolaire pourront dès le 1er janvier adresser à des psychologues du secteur libéral des patients entre 6 et 21 ans qui sont en souffrance psychique. Pour éclairer cette disposition, je rappelle les propos de Mme Michèle DELAUNAY lors des débats du 27 octobre : [Si le médecin] décèle des signes inquiétants – autisme, maladie grave – il n'est pas question de participer à l'expérimentation, mais s'il considère que ce malaise est peut-être passager, qu'il n'est pas grave, une prise en charge par un psychologue clinicien à travers un certain nombre de consultations forfaitaires est possible.
Un décret doit préciser le financement de ces consultations et les modalités du suivi de cette expérimentation qui doit se tenir en Pays de la Loire, Grand Est et Île-de-France pour une durée de 4 ans et sur une cohorte de 2000 patients.
On peut craindre à terme une redéfinition des missions du psychologue hospitalier et/ou que les patients ne nécessitant pas de longues prises en charges ne soient plus vus par les CMPEA alors qu'il s'agit actuellement de la grande majorité de leurs patients (risque d'un basculement de la majorité de l'activité de la pédopsychiatrie publique vers le secteur psychologique libéral).

▲ Haut de page

Agenda

CRIAVS Lorraine

Agenda du CRIAVS Lorraine

▲ Haut de page

Archives des actualités

Une information est parue dans une des rubriques de cette colonne et vous ne la trouvez plus ?
Ces informations ne sont pas perdues : suivez ce lien pour retrouver les archives des actualités du site.

▲ Haut de page